Mettre des enfants sur un plateau de théâtre nécessite des arrangements spécifiques à leur emploi de jeunes comédiens. Si la pièce doit être jouée sur plusieurs dates successives ou deux fois dans la journée, il faut prévoir l’alternance afin de ne pas dépasser trois représentations par semaine pour le même enfant ou une représentation par jour... De toute façon, même si la pièce n’est pas représentée à de courts intervalles, il convient de préserver la scolarité et la vie familiale de l’enfant. Alors que pour le cinéma, le tournage sera « ramassé » sur une même période, il en va tout autrement dans la vie d’une pièce de théâtre ! C’est pourquoi, dans le théâtre, il est d’usage de distribuer un même rôle à trois, quatre voire six enfants. Il convient donc de former plusieurs apprentis-comédiens, chacun étant la doublure des autres. Après le départ, à la fin de l’été 2009, de l’un de nos deux Gillou, de nouvelles recherches ont été faites, via les sites spécialisés, ciblant de jeunes garçons susceptibles de jouer le rôle sur deux ou trois saisons (il faut donc anticiper leur croissance !).

Les critères ne seront pas tout à fait les mêmes que pour le cinéma... Alors qu’un enfant saura se montrer crédible pour une courte prise sur un plateau de tournage, entrant plus ou moins spontanément dans le jeu requis par le réalisateur, ayant la possibilité de se reprendre aux prises suivantes, il en va tout autrement sur une scène de théâtre, face à un public qui aura payé sa place ! Il faut donc détecter des candidats aptes à restituer les émotions d’un personnage durant toute la représentation... Evidemment, la mémorisation du texte et l’assimilation des déplacements dans l’espace constituent un véritable travail en amont, qui ne peut être accepté sans une sérieuse motivation !

J’ai eu l’immense bonheur de recevoir de nombreuses candidatures pour une pièce de Henry de Montherlant - un auteur pas spécialement connu du jeune public ! Tous ont manifesté un intérêt non feint pour le magnifique personnage imaginé par l’auteur de Fils de personne. Il est vrai que, pour un acteur-enfant, ce rôle est un rôle en or !

Six mois de casting, 43 candidatures, essentiellement issues de la région parisienne, plus de 150 échanges de courriels, puis de longs entretiens téléphoniques préalables avec six candidats présélectionnés ont été suivis de quatre rencontres d’une journée chacune, avec auditions et séances de travail pour quatre d’entre eux. Deux garçons ont dû se désister pour des motifs d’ordre pratique, parmi lesquels l’un des huit jeunes protagonistes principaux du Petit Nicolas, le film de Laurent Tirard et un  Joseph  du Soldat Rose de la comédie à succès de Louis Chedid ! Autant de jeunes talents plein d’enthousiasme et d’avenir artistique... Finalement, le choix s’est arrêté sur deux postulants, dont les profils et la disponibilité répondaient exactement aux critères de sélection. Huit à douze mois de formation et de répétitions sont nécessaires pour aboutir à un jeu de qualité professionnelle. Les enfants n’en restent pas moins des élèves de l’école d’art dramatique de la Compagnie, bénéficiant d’un cours d’acteur personnalisé, adapté à leur tempérament, leur sensibilité et leur disponibilité... Leur intégration à un spectacle où ils donnent la réplique à des comédiens professionnels, dans des conditions de travail professionnelles, constitue pour eux une expérience précieuse et très formatrice, dans le cadre d’une pédagogie particulièrement adaptée au spectacle vivant!