Theatreaucoeur

Écrire, opiner, discuter théâtre... Défendre un "autre théâtre" que le "tout-contemporain". C'est à contre-courant, c'est "ringard", c'est mal vu, c'est mal lu, mais ça existe l'autre théâtre! Promouvoir et défendre l’œuvre dramaturgique de Henry de Montherlant, sa littérature...Défendre son œuvre et l'homme, c'est défendre la liberté de ne pas être étiquetable, de reconnaître ses dualités, de crier (écrire) tout haut ce que bien des gens pensent tout bas... Causer de littérature en tout genre et de ses produits "dérivés", de cinéma et un peu de télévision... C'est aussi un support médiatique pour les activités d'une compagnie théâtrale besogneuse de province. Les notes critiques de ce blog n'engagent que leur auteur (qui signe GF) et non pas l'association Compagnie Gérard F

mardi, septembre 1 2009

Pièces de théâtre ou PEEPS-SHOW?

NON! le THEÂTRE, ce n'est pas QUE(ue) cela!

Paris Première diffuse les samedis "du" théâtre (en différé)... A cela, rien à redire sauf que(ue) il ne s'agit que(ue) de pièces dont le sexe - pardon le Texte - descend beaucoup plus bas que le sein - pardon: la ceinture -, Avec "Ma femme...", samedi dernier, on a battu les re-corps de c... textuel! Pièces de théâtre ou PEEPS-SHOW?

Cette critique ne blâme nullement les comédiens (impeccables dans leurs jeux, bien que beaucoup de grimaces et autres gestes ont été par trop vus et revus dans ce genre de pièces); un compliment particulier pour Patrice Laffont, qui réussissait malgré ces excès à garder une (certaine) crédibilité; beaucoup d'agacement par les grimaces de (entre autres) Vannick Le Poulain très 'exercices de style' d'école d'acteurs - chez Florent par exemple -, avec des mimiques très 'téléphonées...'

 Il est vrai que La Reine Morte de HM, récemment, a fait un bide sans précédent sur France2...Ainsi, la programmation Off d'Avignon de cet été, truffée de pièces de c..., n'aurait été que le juste reflet du "théâtre" qui plaît à la France, en ce moment! (sniff)

LA REINE MORTE de Montherlant : du GRAND (télé) cinéma !

LA REINE MORTE de Montherlant :

du GRAND (télé) cinéma !

L’adaptation télévisée de Pierre Boutron*, inédite, diffusée le 19 mai dernier sur France 2,a été un GRAND MOMENT DE CINEMA ! Eh oui ! Montherlant, dramaturge émérite, pointilleux sur la façon dont ces pièces devaient être mises en scène, était, en filigrane, un “scénariste” audio-visuel de génie! Porter à l’écran (qui plus est au petit écran) l’œuvre maîtresse de HM, était une gageure - pour ne pas dire « casse-gueule ». Je l’ai rêvé… Boutron l’a fait ! Et avec quelle maîtrise : respect de la “texture” du texte (!), exploitation habile et esthétique de l’histoire, intégration heureuse de “scènes d’action” (qu’un certain journal a qualifié avec dédain de “cape et d’épée” vulgaire) - si cette Reine Morte était de “la soupe” de “prime-time”, alors, de cette soupe-là, je redemande!

Décors naturels et costumes réalistes - l’auteur aurait apprécié, qui a écrit, dans ses consignes pour La Ville : “Les habits des garçons ne sortent pas de chez le vendeur, comme il est de routine sur la scène. Ils sont fatigués, usagés.” Et encore : “On devrait retrouver au théâtre les gros plans du cinéma.” et: “Presque tout le théâtre - je parle du théâtre représenté car le faux du comédien se superpose au faux de l’auteur - paraît être un succédané de Guignol, auprès du Voleur de Bicyclette ou des Jeux interdits, pour ne citer que des œuvres récentes. Ces œuvres représentent la vie “vraie”, avec ce qu’il faut de tour de main pour la mettre en valeur, et nous montrent que c’est elle qui est admirable.” (1952)

Un Michel Aumont magistral, très “chair”, dans son personnage du Roi Ferrante, être torturé par son orgueil, sa fragilité, ses haines, ses passions, sa prétention, son amour filial… Crédible jusqu’au bout des ongles, le grand acteur - probablement l’un de nos comédiens les plus talentueux  -, a donner sang et vie aux exquises  répliques de Montherlant. Ses partenaires ont été tout aussi remarquables (Gaëlle Bona notamment, dans le rôle-titre), tous à la hauteur de l’œuvre grandiose. Boutron, pour avoir ainsi magnifié par sa réalisation (technique et artistique) l’un des plus beaux textes de HM, mérite la palme d’Or du bon goût et de l’à-propos…, et de la perspicacité.

On nous dit : “ça a été la cata pour la chaîne !” (audimat)… Et alors ? On s’en fous ! France 2 (jusqu’à preuve du contraire) est une chaîne de “service public” ; qu’elle serve donc aux téléspectateurs des émissions de qualité, si “non-tendance” fûssent-elles ! Que la majorité non-silencieuse des consommateurs de petite lucarne ne fût pas sensible à la beauté et à la grandeur qui lui étaient proposées ce soir-là, qui en serait surpris ? Montherlant avait en horreur la médiocrité (comme Ferrante, frère jumeau de Georges Carrion de Fils)…

“Quand j’ouvre ma fenêtre sur le monde, ce qui me fait le plus souffrir, c’est le spectacle de l’indulgence. Partout je la retrouve, en haut, en bas… L’indulgence, ce serpent auquel il faudrait écraser la tête.” (Fils de personne - Acte III, scène III)

CQFD

dimanche, mai 17 2009

MONTHERLANT à l'affiche en AVIGNON en juillet 2009...

FILS DE PERSONNE de Henry de Montherlant sera à l'affiche en Avignon, dans le cadre de la programmation du Festival "off" les 19, 20, 21, 22, 23, 24 juillet à 18h, à la salle Voûtée du Domaine d'Escarvaillac à Montfavet (Vaucluse).

La première représentation de la reprise, par la Compagnie Gérard F (Valence), de l'unique pièce "en complet veston" de l'auteur de La reine Morte, créée en 1943, a eu lieu le 10 décembre 2008 au Théâtre de la Ville, à Valence.

Montherlant défendait un théâtre qu'il voulait "réaliste", avec un jeu cinématographique... Il a écrit: "Presque tout le théâtre - je parle du théâtre représenté car le faux du comédien se superpose au faux de l’auteur - paraît être un succédané de Guignol, auprès du Voleur de bicyclette ou des Jeux interdits (...). Ces œuvres représentent la vie vraie, avec ce qu’il faut de tour de main pour la mettre en valeur, et nous montrent que c’est elle qui est admirable."

C'est un théâtre à contre-courant et pourtant très moderne dans le fond, malgré le classicisme apparent de la forme... Jouer du Montherlant en Avignon, dans une mise en scène "sage", voilà un pari risqué, dans le cadre d'un festival où toutes les folies théâtrales sont plutôt attendues, où les provocs en tout genre, les innovations scénographiques et autres extravagances de scènes ont les faveurs de la presse spécialisée!

Tarif normal: 12€ - Abonnés "off" et -26 ans: 8€

Réservations sur http://www.domaine-escarvaillac.fr/

LE THEÂTRE de MONTHERLANT à la télé le 19 juin!

LE THEÂTRE DE MONTHERLANT sur une “grande chaîne” à une heure de “GRANDE” écoute!

je l’ai rêvé… France2 l’a fait!

Mardi 19 juin à 20h35, la chaîne publique diffuse une adaptation télévisée originale et inédite du texte de HM le plus joué (et le plus connu)  dans le monde:

LA REINE MORTE

C’est une magnifique histoire où l’amour, les grands sentiments, le fanatisme, la politique, le sublime se conjuguent en apothéose… Des sentiments forts, la grandeur et la faiblesse des hommes (et des femmes), se heurtent, s’entrecroisent, portés par des répliques d’une beauté littéraire incommensurable. Tour de force du génial écrivain dramaturge, la tragédie “à la Corneille” est portée par des personnages (et un texte) d’une exceptionnelle lisibilité - capables d’émouvoir tout un chacun. La thématique (omniprésente chez Montherlant) est celle de la dualité des êtres - ni tout blancs, ni tout noirs-, ni totalement forts ni totalement faibles. La passion amoureuse,   l’affection filiale, le sens du sacrifice et du “devoir” de l’Homme d’Etat (la raison d’Etat assassine)…

Une grandiose fresque de l’humanité dans sa nudité émotionnelle et ses contradictions! 

J’ignore, à l’instant, ce que vaudra cette version “cinématographique” de La Reine Morte, mais lorsqu’on sait à quel point HM admirait le naturalisme du cinéma novateur de son époque (Le Voleur de bicyclette et Jeux interdits, cités par lui), on peut penser qu’une mouture “téléfilmée” de cette oeuvre ne peut que la servir…

Je relève particulièrement dans la distribution un acteur que j’admire très fort: Michel Aumont.

- page 4 de 5 -